Publié dans Les chroniques

Minouche – Célia Berton – Edilivre

Quatrième de couverture

La réincarnation, y croyez-vous ? Ce n’est pas très important. Chaque vie a un but et ne serait-il pas génial de pouvoir en bénéficier d’autres ? Minouche, notre humble ami, va en avoir plusieurs. Comment va-t-il vivre son passage d’une vie d’humain à celle de chat ? Entre bouleversements et errances, marchons à travers ses petites « pa-pattes »

Chronique

Impression

Personnellement j’ai apprécié ce récit qui nous invite à une réflexion philosophique sur la vie avec ses questions sans réponse. Loin d’être lourd par ses questions, forçant à ses réflexions. On passe de l’une à l’autre retenant une essence de questionnement. On peut y répondre pendant la lecture et prendre du temps de réfléchir à chaque réponse. Il est aussi possible de prendre l’invitation à la réflexion et au questionnement sur la vie dans son ensemble et se laisser ce moment de réflexion une fois que la dernière page est tournée.

Style de l’auteur

Les phrases sont inégales, le style est assez fluide. Cette courte possède un rythme calme et détendu nous invitant à la réflexion. Il n’y a réellement qu’un seul personnage même si d’autres sont cités (sans prénom) : Minouche qui nous invite à la réflexion avec ses questions. La nouvelle comporte d’ailleurs beaucoup de questions sans réponse, nous invitant d’ailleurs à la réflexion.

Info supplémentaire

Minouche est un mot créole martiniquais pour signifier le chat. L’auteur a utilisé ce mot pour titre afin de faire honneur à ses origines.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s