Publié dans Les chroniques

Araluna – Philippe Sombreval – Le Monde des Etoiles

Quatrième de couverture

En cette mi-XIVème siècle, les caprices du destin et la guerre de cent ans vont amener un chevalier Breton en plein comté de Luxembourg.Le successeur de Jean l’Aveugle, mort héroïquement à la bataille de Crécy, confiera une mission capitale à celui qu’on surnommera plus tard « le loup noir de Bretagne » : protéger la cité d’Arlon et le pays qui l’entoure.Dès lors, aucun brigand ne pourra ravager et piller impunément sans être poursuivi par les « Compagnons d’Araluna ».Aventures, batailles épiques, romantisme, réflexion sur la guerre et la religion composent la trame d’Araluna. Un roman s’incrustant dans l’histoire régionale d’Arlon et de ses alentours.

Chronique

Impression

J’avoue, sur le début, j’ai eu peur d’avoir beaucoup d’histoire (réelle) dans le livre. Moi qui n’aime pas trop l’historique, les biographies,… Je me suis demandée dans quoi je « mettais les pieds ». Puis finalement, j’ai beaucoup aimé. La part historique était introductive, bien que réelle, on comprenait bien la chevalerie, le contexte. Il faut avouer que je me suis entraînée à oublier le paysage et sursauter quand la porte de la voiture claque ou qu’un bruit me « réveille » de cette lecture.Les chapitres m’ont semblé fort court mais c’est une question de goût. J’ai juste trouvé dommage que certains dessins n’étaient pas assez visibles car ils étaient sur deux pages. Ces dessins ont parfois coupé un peu l’action. Même s’ils étaient placés à des endroits opportuns. Pour moi, l’auteur a réussi son pari : Allié amour, amitiés et chevalerie (avec tout ce que ça entend, combat et galant homme). Ce livre m’a permis de m’évader le temps de sa lecture et de redécouvrir ou plutôt découvrir une ville que je connaissais peu mais qui me donne envie de la connaître encore plus. Je ne verrais plus Arlon de la même façon.

Style de l’auteur

Les phrases sont de longueurs aléatoires mais toujours très lisibles. Le rythme est en dents de scie, on a le temps de respirer entre les combats, l’action. Un rythme que j’apprécie particulièrement. Le rythme est beaucoup plus tendu sur la fin.L’auteur a épargné ses lecteurs des horreurs de la guerre, des croisades et des massacres en tous genres. Je l’en remercie, d’autant que vu ses descriptions courtes et imagées, j’aurais bien imaginé.


Info’s supplémentaires

J’ai croisé plusieurs fois Philippe de Sombreval au détour d’un salon, avec toujours de grandes discussions et d’encouragement envers ma passion. Je peux dire qu’il a fait partie de ceux qui m’ont donné envie d’ouvrir cette page. Lire ce livre, le prendre c’était une envie mais aussi une façon de remercier l’auteur. Le nom du héros est le même que celui de l’auteur, ne vous inquiétez pas, les explications se trouvent à la fin du livre. Personnellement, j’ai compris, j’apprécie et ne peux que comprendre cette affection. J’ai envie d’ajouté que j’aimerais écrire l’histoire de mes personnages de jeux de rôle avec une telle plume.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s